· RESF 71

RESF 71
Réseau Education Sans Frontière de Saône-et-Loire

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 28 mars 2007 par Webmaster
Publié le 8 octobre 2006 par Webmaster
Accès direct
DES PAPIERS POUR ANNA : RESF 71 annule son appel ? manifestation du 28 novembre, mais restera vigilant.

Article mis en ligne le 19 novembre 2007 par Webmaster  

RESF 71 annule son appel à manifestation du 28 novembre, mais restera vigilant.

******************************************************************

manifestation devant le préfecture

MERCREDI 28 NOVEMBRE

départ de la manif : 15 heures, lieu à préciser.

arrivée : 16 heures préfecture, une audience sera demandée.

*****************************************************************

PDF - 142.6 ko

(Téléchargez la pétition en cliquant sur PDF)

*****************************************************************

Empêcher une mère avec enfant violentées de demander le statut de Réfugié est contraire aux valeurs républicaines françaises

Qui : Matondo MIEZI et sa fille Anna (9 ans)

Principe en jeu : Un seul Etat de l’Union européenne est responsable de l’examen d’une demande de statut de réfugié (Convention européenne de Dublin II).

Son cas : Matondo et Anna sont venues en Allemagne pour y être réfugiées. L’Allemagne n’a pas retenu leur cas et leur a demandé de partir. Elles sont reparties au Congo début 2006....Or, peu après son retour au Congo, Matondo a été victime de persécutions graves et médicalement prouvées. Huit mois plus tard, elles parviennent à revenir près de familles chrétiennes françaises et africaines de Chalon. Anna retrouve le sourire et progresse étonnamment bien à ‘école.

La préfecture de Macon leur refuse le droit au séjour en février 2007, les empêchant de déposer leur dossier à l’Office français des réfugiés (OFPRA). En application de la Convention Dublin II, elle renvoie cette compétence à l’Allemagne. Madame la Préfète de Macon a décidé de les expulser vers l’Allemagne.

Où est le contentieux ? Selon la Convention Dublin II, si le candidat réfugié est reparti depuis plus de 3 mois, l’Allemagne n’est pas tenue de le reprendre d’une part. D’autre part, l’article 3/2 de la Convention de Dublin permet à la France d’examiner cette demande et la Loi du séjour des Etrangers (article L 741-1 alinéa 2) prévoit une réponse favorable Alors pourquoi dire NON en France quand la Loi, en France, permet de dire OUI ?

Pourquoi le Réseau d’Education Sans Frontière (RESF) proteste et médiatise cette situation : • Les liens de Matondo avec les organisations chalonnaises sont quotidiens, solidaires et intenses : « perfectionnement » en français, vie sociale, soutien moral face à la désespérance créée par le refus de la préfète.

• L’épanouissement d’Anna à l’école est manifeste. Travail, assiduité, attention, progression rapide dans les acquisitions, camaraderie.

• La L.D.H. sait que les preuves médicales des nouveaux sévices (cicatrices sérieuses) sont établies en médecine légale et que les efforts de ré-intégration au Congo ont été tentés par Matondo au péril de sa vie.

• Au nom des valeurs de la République française qui a ratifié et la Convention européenne des droits de l’homme (CDEH, articles 3 et 8) et la Convention des droits de l’enfant en 1989, R.E.S.F. estime que la Préfecture doit reconsidérer son refus et permettre à Matondo et Anna de présenter leur demande à l’Office français des réfugiés pour examen du bien-fondé de leur cas.

Rester sur un refus, bafoue la dignité de la République française qui s’est engagée depuis des années à respecter ces conventions.

Rejoignez le combat de R.E.S.F. et de la L.D.H.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 277697 visites dont 34 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 126 visites.  Moyenne : 91 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs