· RESF 71

RESF 71
Réseau Education Sans Frontière de Saône-et-Loire

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 28 mars 2007 par Webmaster
Publié le 8 octobre 2006 par Webmaster
Accès direct
Le mot d’ordre : rester mobilis ?s pour faire obstacle ? l’expulsion des immigr ?s.
Marqu ?e par un durcissement de la politique envers les ?trangers et par l’expulsion d’une famille de Gueugnon, 2006 fut une ann ?e difficile pour les ? Amis du CADA ?.

Article mis en ligne le 8 décembre 2006 par Webmaster  

Les Amis du Cada restent préoccupés par la situation de plusieurs personnes déboutées » C’est en ces termes qu’Isabelle Rebillard, présidente de l’association a débuté ses propos lors de l’assemblée générale organisée ce lundi, après avoir adressé des remerciements à l’assistance venue nombreuse, parmi laquelle on notait la présence de MM. Bayon, adjoint aux affaires scolaires et sociales, Migat, directeur du CCAS, et des représentants du Secours Catholique, du Secours Populaire, de l’Union Nationale des Harkis.

Mme Rebillard fit ensuite un tour d’horizon des activités qui ont marqué l’année avec plusieurs rencontres festives. D’autre part plusieurs actions ont été menées dans le but de gagner de l’argent et surtout de faire connaître l’association.

Les Amis du CADA, c’est surtout et avant tout l’aide aux personnes en difficultés, l’aide au quotidien. On retiendra les démarches entreprises auprès de l’OPAC pour le logement de familles déboutées (qui n’ont plus le droit de rester au CADA), actuellement une famille est logée sur Bourbon, une autre sur Gueugnon.

Trois familles ont également bénéficié d’une aide (transport par véhicule personnel) pour leur déménagement. Mme Rebillard a tenu à remercier tout spécialement : Emmaûs à Étang/Arroux, les Restos du cœur, le Secours Catholique, le Secours Populaire, le CCAS, sans oublier les assistantes sociales du secteur qui apportent soutien moral aux personnes en difficultés (visite, aide à l’insertion en cas de régularisation).

Soutien et aide avec les « Amis du CADA ». _ Une permanence est assurée chaque matin de 10 h à midi par Mme Chatelain ; rencontres avec les personnes déboutées et aide dans les démarches, rencontre à la Préfecture ; accompagnements auprès d’avocats de Dijon pour recours auprès du tribunal administratif, accompagnement en voiture dans certains cas.

Cours de français assurés pour une part par des bénévoles des amis du CADA, cours de conversation dans un local rue Léon Pic, le jeudi après-midi, et sous l’église de la Briérette le lundi après-midi, cours d’informatique ; soutien scolaire (pour lequel Mme Rebillard fait appel aux bénévoles).

A la recherche de maîtres de stage. La découverte de la langue et du milieu professionnel reste des critères d’intégration pour les demandeurs d’asile. Dans ce sens des demandes de stages ont été effectuées et une trentaine de circulaires envoyées dans les entreprises locales. Quelques entrepreneurs ont été visités, aucun accueil défavorable enregistré, tous espèrent que ces démarches vont aboutir. « Autant mettre à profit le temps que ces personnes passent en France » dira Isabelle Rebillard. Avant de laisser la parole à la trésorière, Bénédicte Lecoq qui présenta un bilan financier en équilibre, Mme Rebillard a fait part à l’assemblée que l’association a rejoint « Réseau Éducation sans Frontière ».

« Un mouvement très précieux pour le CADA » « Réseau Éducation sans Frontière » a vu le jour sur Paris et depuis il a fait des émules dans le département qui compte 4 ou 5 mouvements depuis novembre 2005 et auxquels adhèrent près d’une trentaine d’organisations : syndicats, confédération départementale, parti politique, FCPE, ligue des droits de l’homme etc. Son but tend à apporter soutien aux parents d’élèves sans papier, faire ombrage à l’expulsion. Ce mouvement qui travaille en complémentarité avec les associations agit toujours en accord avec les parents, informe les enseignants et l’entourage afin de mobiliser le plus de personnes à manifester. Une certaine médiatisation faite autour des actions menées reste très positive.

Le parrainage est un autre aspect immédiat de soutien. Mme Rebillard a fait référence au maire de Gueugnon, parrain d’une jeune fille, à qui il a procuré un logement et du travail.

Augmenter la vigilance, sensibiliser les équipes relais ce sont autant de garanties pour faire échouer l’expulsion. Avant d’inviter les présents à choquer le verre de l’amitié, Mme Rebillard a donné un aperçu des manifestations à venir dont le renouvellement du spectacle qui avait connu un gros succès l’an passé.

Le mot de la fin revint à Jeanne, qui, en excellente comédienne apporta une touche théâtrale à cette soirée avec une histoire de sa composition magnifiquement interprétée.

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 272648 visites dont 49 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 126 visites.  Moyenne : 87 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs