· RESF 71

RESF 71
Réseau Education Sans Frontière de Saône-et-Loire

Recherche sur le site :
Accès direct
Les amis du CADA apportent leur soutien aux demandeurs d’asile.

Article mis en ligne le 10 juin 2007 par Webmaster  

L’arrestation de madame Mayuma, en fin de procédure de demande d’asile ,a soulevé beaucoup d’émotion auprès des amis du CADA.

(JPG)

Madame Mayuma, d’origine congolaise, était au Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile de Digoin avec ses deux enfants de 4 ans et 3 ans, car de très graves menaces pèsent sur elle si elle retourne dans son pays. Elle est actuellement enceinte. Sa sortie du centre de rétention de Lyon ce vendredi, sur décision du juge, a fortement réjoui les membres de l’association.

Il faut maintenant, et d’urgence, trouver avec les professionnels des services sociaux une solution d’hébergement digne pour cette dame et ses touts jeunes enfants qui doivent pouvoir reprendre une vie normale et le chemin de la maternelle. Les Amis du CADA comme d’autres associations caritatives et humanitaires du département n’ont pas d’opposition de principe à la sortie des CADA dès lors que la procédure de demande d’asile est arrivée à son terme. Mais leur position n’a pas varié : toute sortie doit s’accompagner d’une solution relais. Une famille ne peut être dispersée ou mise à la rue. Chaque fois que possible, l’association a apporté son aide en temps, en argent et en accompagnement de ces sorties sans vouloir remplacer ce qui relève des missions des services sociaux officiels. A travers le département, les bénévoles se sont beaucoup investis dans la limite de leurs compétences et dans le respect du travail des professionnels de ces services. En témoignent bien des insertions réussies.

La nouveauté avec la circulaire du 3 mai 2007 est qu’elle fixe des délais impératifs aux CADA, sans prévoir ni le temps, ni les ouvertures pour le dialogue avec les associations, ni la mise en place des solutions relais, ni les garanties pour que des bénévoles puissent remplir un devoir d’assistance sans crainte de poursuites. C’est à un dialogue que les membres des associations appellent pour trouver rapidement une solution humaine à la situation de madame Mayuma et de ses enfants.

Les amis du CADA sont présents avec Réseau Education sans Frontière et toutes les personnes de bonne volonté qui sont venues devant le foyer ADOMA. Ils veulent manifester leur soutien aux résidents du CADA de Digoin, choqués par cette arrestation.

(JPG)

Ils souhaitent que Madame Mayuma ne reste pas dans l’anonymat, que la population de Digoin et des environs soit informée et prenne conscience des drames personnels que peuvent vivre des familles toutes proches. Les mesures gouvernementales basées sur des chiffres passent à côté de situations humanitaires inquiétantes. Plus que jamais, nous devons faire l’effort de rencontrer ces familles, mieux les connaître, les aider dans leurs épreuves

Le forum Répondre à cet article (pas de message pour le moment)
Ce site à reçu 283296 visites dont 100 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 126 visites.  Moyenne : 94 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs