· RESF 71

RESF 71
Réseau Education Sans Frontière de Saône-et-Loire

Recherche sur le site :
Dans la même rubrique :
Publié le 28 mars 2007 par Webmaster
Publié le 8 octobre 2006 par Webmaster
Accès direct
Trop, c’est trop. !!!! SAMEDI 8 SEPTEMBRE, ? 10 heures, devant l’ ?cole des bruy ?res ? Gueugnon.

Article mis en ligne le 8 septembre 2007 par Webmaster  

(JPG)

Trop, c’est trop...

(JPG)

En août 2006, la préfecture faisait arrêter la famille Ylmaz, des kurdes de nationalité turque : le père, la mère malade, la petite fille. Je ne rappellerai pas les péripéties lamentables de cette expulsion, je veux simplement aujourd’hui vous parler de la situation de cette famille en Turquie : le père a disparu depuis un an, personne même sa femme n’a de ses nouvelles. On peut craindre le pire.

Quand à Madame Ylmaz, coupable d’être la femme d’un opposant politique, elle vit dans des conditions lamentables, sont état de santé s’est très dégradé, la petite est très mal elle aussi. C’est ce qu’on appelle un retour humanitaire. Quasiment un an plus tard, mercredi dernier, la préfecture récidive et fait arrêter la famille BERICHVILI, de nationalité géorgienne dans la même ville, le même immeuble, et les fait transférer vers le même centre de rétention, Toulouse, alors qu’il y a de la place à Lyon. Malgré l’intervention de quelques bénévoles et du maire, le père, la mère, OTIKO, le petit garçon de huit ans qui avait fait sa rentrée la veille, et LUKA son petit frère de 11 mois, sont embarqués et transférés à Toulouse. La Géorgie, ex république soviétique, est déclarée pays sûr, selon nos nouvelles lois. Pays sûr, si on est géorgien, d’accord avec le pouvoir en place.

Moins sur si on est de la province d’Ossétie, qui s’est déclarée indépendante. Et madame Berichivili est ossète, c’est pour cela qu’ils avaient fui, pour échapper aux brimades, aux humiliations, aux violences qu’ils subissaient. Madame Berichivili a été poignardée parce qu’elle était ossète. C’est vers cela qu’elle risque de retourner si on ne fait rien.

Et le Réseau Education Sans frontière vous a demandé de venir ce matin pour manifester en faveur d’OTIKO, qui a commencé l’école mardi, avec ses camarades, et qui a été emprisonné (mis en rétention) avec son petit frère. La place des ces enfants est-elle derrière les barreaux ? OTIKO a commencé l’année scolaire, nous exigeons qu’il la termine.

(JPG)

nsuite, cette arrestation a soulevé notre colère : il n’y a eu que deux familles arrêtées en Saône et Loire, à notre connaissance, deux fois a Gueugnon.

Ce n’est pas une fatalité, ce n’est pas une honte que Gueugnon doit porter.

Mois, qui ne suis pas de cette ville, je dis : honneur à Gueugnon, honneur d’avoir conservé ses traditions ouvrières de solidarité, de fraternité, qui fait qu’elle peut, à sa mesure, accueillir quelques damnés de la terre qui viennent se réfugier au pays des droits de l’homme. Car aujourd’hui, être damné de la terre, c’est être Ossète en Georgie, Kurde en Turquie, tchétchène en Russie, Cabindais en Angola, militant des droits de l’Homme au Maroc, "roms au kosovo" etc... les exemples, hélas, sont plus nombreux chaque jour.

Moi, habitant de Saône et Loire, citoyen français, je suis heureux de voir que quelques villes défendent encore ce qui est le socle de l’identité française : être la patrie des Droits de l’Homme.

Alors je dis notre colère, celle des membres du réseau éducation sans frontières, celle de tous les citoyens qui n’acceptent pas que les objectifs chiffrés de la préfecture, du ministre du drapeau et de l’expulsion, Monsieur Brice Hortefeux soient réalisés de façon aussi arbitraire et sans respect des individus. La préfecture doit expulser encore 36 personnes environ, et peut-être alors que Madame la Préfète aura une prime... Mais derrière les chiffres, il y a des être humains, des enfants, des parents...

(JPG)

Vous voyez la chaise vide d’Otiko, voici le cahier qu’il a commencé de remplir, nous voulons, et nous ferons en sorte qu’il revienne sur cette chaise, qu’il continue de remplir ce cahier. D’ores et déjà, je tiens à informer Madame la Préfète que les expulsions d’enfants scolarisés ne se feront pas dans l’ombre des petits matins, sur l’ordre d’un état français qui me rappelle de mauvais souvenirs, à chaque fois RESF criera haut et fort son indignation, nous protégerons, par tous moyens, comme nous nous y sommes engagé, les enfants en danger. Nous en connaissons les risques. Nous vous invitons à créer un collectif local du Réseau, pour garantir à tous les enfants le droit constitutionnel à l’instruction. (voir porteurs de badges) Habitant de Salornay sur Guye, je ne pouvais pas conclure sans citer celle qui repose dans notre cimetière local, Lucie Aubrac : RESISTER EST UN VERBE QUI SE CONJUGUE AU PRESENT.

Marc Sage va maintenant vous donner les dernières informations, avant que Monsieur le Maire ne prenne la parole.

(JPG)

**************************************************************

(JPG)

Otiko Berichvili, originaire de Géorgie, en France depuis 4 ans a fait sa rentrée scolaire mardi 4 septembre avec tous ses copains. Le lendemain matin les gendarmes sont venus l’arrêter avec toute sa famille car ils n’avaient pas de papiers. Ils ont été conduits au centre de rétention de Toulouse pour mieux les éloigner de tout soutien. Son papa est atteint d’une maladie reconnue ne pouvant être soignée dans son pays et sa maman d’origine ossète risque pour sa vie en Géorgie. Peu importe, il faut expulser 26000 étrangers du pays, dont encore une quarantaine dans notre département. Un expulsé n’est pas un élément comptable mais d’abord un être humain !

Le RESF de Saône et Loire refuse cette politique inhumaine et appelle toutes celles et ceux pour qui solidarité, dignité, respect sont des valeurs que les lois ne peuvent pas faire disparaître à se rassembler devant l’école des Bruyères à Gueugnon

SAMEDI 8 SEPTEMBRE à 10 heures.

Une marche symbolique en direction du domicile de la famille Berichvili se fera ensuite avec dépôt de plaque commémorative des arrestations ayant eu lieu à cette adresse.

PDF - 37.2 ko
Le forum  Répondre à cet article

Ce site à reçu 283183 visites dont 92 aujourd'hui.Maxi/24 h. : 126 visites.  Moyenne : 93 visites/jour.
Site réalisé sous SPIP d'après le squelette Durzy - 2006 - Plan du site - Espace Auteurs